Newsline Banner
Buckle up for a Minority Government

Buckle up for a Minority Government

October 24th, 2019

By Huw Williams

Canadians sent a message in the October 2019 federal election: they made clear that no party earned enough public trust to have a full mandate for the future of Canada. The Liberals must now govern with a careful minority government.

The mechanics of the post-election period are clear, as Justin Trudeau and the Liberal Party maintain power. The Conservatives will finish some 30 seats behind the Liberals. That result is driven primarily by where the votes were concentrated, with the Conservatives winning by huge margins across the Prairies and the Liberals spreading their support across different regions.

Importantly, there is also a notable rural urban divide in Canada with rural Canada supporting the Conservatives and the Liberals racking up seats in urban centres particularly in Montreal, Toronto and Vancouver.

Another storm cloud on the national unity front is that the second place Conservative Party, which won only 121 seats or 36 per cent of the total seats, did so with more than 34 per cent of the popular vote, a full percentage point more than the Liberals. It is one of the rarest times in Canadian history that the party with fewer absolute votes takes power.

The breakdown of seats looks to give the Liberals enough strength that they may not have to establish any formal coalition to govern. It appears that with the expensive toll of the campaign, and limited fundraising, the NDP will have very little incentive to fight another campaign in the very near future.

The Bloc Quebecois gained the most ground in overall seat count, surpassing even the relatively accurate polling projections, which showed their momentum growing steadily since the midway point of the campaign. The NDP, for all the hype surrounding leader Jagmeet Singh, lost more than a dozen seats, falling back to their fewest number of seats since 2004.

The story of the campaign may be the intense divisions, both between regions and political viewpoints that have emerged. It remains to be seen if it will be Justin Trudeau who bridges those gaps over the months ahead, and where his opponents will stake out ground.

Concerning auto retail

LUXURY TAX

Over the past 40 days campaigns jockeyed for position in 338 ridings from coast-to-coast-to-coast. Parties on the left and the right offered voters starkly different versions of what the future of our country can and should be.

For the auto retail industry, there is much to be cautious about and many challenges on the horizon. Will the election results and the lost seats be enough to pull the Liberals back from wild promises that included a 10 per cent luxury tax on cars over $100,000? Or will the pull of NDP support mean even more attacks on the auto sector?

But perhaps the biggest challenge is what price tag will the NDP extort from the Liberal minority government in order for them to support the Liberals staying in power. Will the NDP focus on their campaign priorities for health care and pharmacare, or will they hit harder on the climate change and tax side?

The car industry is always a simplistic and easy target, and there will be much work for CADA to educate the new NDP caucus that the auto industry has and continues to make huge environmental strides.

ZERO-EMISSION VEHICLES

On the policy front it seems safe to assume that the federal support for ZEV vehicle rebates will continue, and that support for building ZEV infrastructure will continue. The Liberals and the NDP have both promised in their platforms to extend the ZEV rebate program to used ZEVs. The industry should expect increased funding towards the ZEV rebate program in future federal budgets. However, CADA will continue to maintain pressure on the government for efficient administration of the program and fast reimbursement to dealers.

FUEL EMISSION STANDARDS

No doubt the issue of a single North American fuel economy standard will continue to edge towards a California focus and will represent a top priority of the new liberal government supported by the NDP and the Greens.

SMALL BUSINESS

Small- and medium-sized businesses will have to push back against tax hikes that might make them easy targets.

Overall, Canadians can expect an extensive debate in Ottawa surrounding the role of business and economic growth policy versus a policy lens focused on spending and taxes. Either way, CADA’s advocacy in Ottawa and partnership with organizations like the Chamber of Commerce will be strong, and our work leveraging authentic grassroots advocacy on a riding by riding bias will be consistent.

DEALERSVOTE.CA

It’s worth noting that more than 500 letters were sent from dealers to federal election candidates across the country through the use of CADA’s dealervote.ca website. It’s a tool that we plan to launch every time there is an election — but also when there is a major issue in the auto sector, in which case this tool can be used to leverage grassroots engagement in the industry.

NEW NAFTA DEAL

On the trade front, we think it’s safe to assume that ratification of the new NAFTA, otherwise known as CUSMA in Canada, will be at the top of the agenda of the new government. We know that the Liberals and the Conservatives support the deal, and therefore it should not be an issue for the Canadian government to ratify the trade agreement in the House of Commons when Parliament sits again.

Ratification of the agreement is less certain in the United States, although we would like to remind dealers that the automotive side letter, secured when CUSMA was signed by all three leaders in the U.S., Canada and Mexico, continues to protect the Canadian automotive industry from potential U.S. auto tariffs, regardless if the agreement is ratified or not.

More to come from CADA as we deal with the new power dynamic in Ottawa, and yes buckle up for the ride.


Huw Williams is CADA’s Public Affairs Director, and is part of the association’s Ottawa team.

Écho-CADA Banner
Gouvernement minoritaire : attachez vos ceintures!

Gouvernement minoritaire : attachez vos ceintures!

Le 24 octobre 2019

Par Huw Williams

Les Canadiens se sont fait entendre lors de l’élection fédérale d’octobre 2019 : la population a indiqué sans équivoque qu’aucun des partis n’avait gagné une confiance suffisante pour mériter un mandat complet. Les libéraux doivent maintenant manœuvrer avec circonspection en tant que gouvernement minoritaire.

La mécanique de la période postélectorale est claire : Justin Trudeau et le Parti libéral restent au pouvoir. Les conservateurs auront quelque 30 sièges de moins que les libéraux. Ce résultat est principalement dû à la concentration géographique des votes : les conservateurs l’ont emporté par une large marge dans les Prairies, tandis que l’appui reçu par les libéraux est réparti dans différentes régions.

Fait à noter, le fossé entre la ville et la campagne est grand : le Canada rural a voté conservateur, tandis que les libéraux ont collectionné les sièges dans les centres urbains, en particulier Montréal, Toronto et Vancouver.

Un autre nuage qui plane sur l’unité du pays est le fait qu’en seconde place, le Parti conservateur, qui n’a gagné que 121 sièges, ou 36 % du total, l’a fait avec plus de 34 % du vote populaire, un point de pourcentage complet de plus que le parti rival. C’est l’une des très rares fois dans l’histoire canadienne où le parti qui a obtenu le moins de votes absolus prend le pouvoir.

Le décompte des sièges semble donner aux libéraux assez de vigueur pour qu’ils n’aient pas besoin de former une coalition officielle pour gouverner. Il appert que le coût élevé de sa campagne et ses fonds limités laisseront au NPD très peu de raisons de livrer à nouveau bataille dans un proche avenir.

C’est le Bloc Québécois qui a gagné le plus de terrain quant au nombre de sièges obtenus, surpassant même les prédictions relativement exactes des sondages, qui indiquaient une progression croissante et constante depuis la mi-parcours. Malgré tout le battage autour de son chef, Jagmeet Singh, le NPD a perdu plus d’une dizaine de sièges, ramenant le parti au nombre de députés élus le plus bas depuis 2004.

Le trait dominant de cette campagne est probablement le fractionnement intense, entre les régions et entre les positions politiques, qui en a émergé. Il faudra voir si Justin Trudeau réussira à rapprocher les clans au cours des prochains mois et où ses adversaires se positionneront.

À propos du secteur de la vente au détail de véhicules

TAXE DE LUXE

Pendant 40 jours, les partis ont fait campagne dans les 338 circonscriptions du pays. Ceux de la gauche comme de la droite ont offert aux électeurs des versions radicalement différentes de la direction que pourrait et devrait emprunter le Canada de l’avenir.

Pour le secteur de la vente au détail de véhicules, beaucoup d’enjeux invitent à la prudence et de nombreux défis pointent à l’horizon. Les résultats de l’élection et la perte de sièges suffiront-ils à convaincre les libéraux de revenir sur leurs promesses insensées, dont une taxe de luxe de 10 % sur les véhicules d’une valeur de plus de 100 000 $? Le retrait de l’appui du NPD ouvrira-t-il la voie à encore plus d’attaques sur le secteur automobile?

Le prix que le gouvernement minoritaire libéral devra payer au NPD pour s’assurer de son appui pour les sièges qui lui restent est probablement le point où le bât blessera. Le NPD se concentrera-t-il sur les points saillants de sa campagne, soit l’assurance maladie et l’assurance médicaments, ou attaquera-t-il sur le front des changements climatiques et des impôts?

L’industrie automobile est toujours une cible facile, et la CADA aura du pain sur la planche pour faire comprendre au nouveau caucus du NPD qu’elle a fait et continue de faire des progrès énormes au chapitre de l’environnement.

VÉHICULES À ÉMISSION ZÉRO

Sur le plan politique, on peut avancer sans trop risquer de se tromper que le fédéral continuera d’appuyer les remises sur les VEZ, de même que la construction d’une infrastructure pour ces véhicules. Les libéraux et les néo-démocrates ont promis dans leurs plateformes respectives d’étendre le programme d’incitation aux VEZ d’occasion. L’industrie devrait s’attendre à un financement accru du programme de remise sur les VEZ dans les prochains budgets fédéraux. Cependant, la CADA continuera de faire pression sur le gouvernement pour veiller à ce que l’administration du programme soit efficace et le remboursement aux concessionnaires, rapide.

NORMES EN MATIÈRE D’ÉMISSIONS DE CARBURANT

Il ne fait aucun doute que la norme de consommation de carburant unique pour toute l’Amérique du Nord souhaitée demeurera celle de la Californie et représentera une priorité absolue pour le nouveau gouvernement libéral, qui aura l’appui du NPD et du Parti Vert dans ce dossier.

PETITE ENTREPRISE

Les petites et les moyennes entreprises devront se battre contre des hausses d’impôt qui pourraient faire d’elles des cibles faciles.

Dans l’ensemble, les Canadiens peuvent s’attendre à un débat intense à Ottawa quant au rôle des politiques de croissance commerciale et économique par opposition à une stratégie centrée sur les dépenses et les impôts. Quoi qu’il en soit, la revendication de la CADA à Ottawa et ses partenariats avec des organismes tels que la Chambre de commerce seront solides, et son militantisme à la base, circonscription par circonscription, sera systématique.

DEALERSVOTE.CA

Il importe de mentionner que les concessionnaires ont envoyé plus de 500 lettres à des candidats à l’élection fédérale de partout au pays par l’entremise du site Web dealersvote.ca de la CADA. Nous prévoyons de déployer cet outil à chaque élection, mais aussi lorsqu’un enjeu majeur pour le secteur automobile se présente. Nous pourrons alors nous en servir pour mobiliser les troupes.

NOUVELLE ENTENTE DE LIBRE-ÉCHANGE

Sur le plan des échanges commerciaux, nous croyons pouvoir affirmer avec certitude que la ratification du nouvel ALENA, maintenant appelé ACEUM au Canada, sera une priorité à l’ordre du jour du nouveau gouvernement. Nous savons que les libéraux et les conservateurs appuient l’accord de libre-échange et que sa ratification par le gouvernement canadien devrait donc être une formalité à la Chambre des communes lorsque le Parlement tiendra de nouveau séance.

La ratification de l’accord est moins assurée du côté des États-Unis, mais nous tenons à rappeler aux concessionnaires que l’avenant automobile obtenu lorsque les dirigeants des gouvernements américain, canadien et mexicain ont signé l’ACEUM continue de protéger l’industrie canadienne de l’automobile contre de potentiels tarifs douaniers des États-Unis, que l’accord soit ratifié ou non.

La CADA vous tiendra au courant des développements qu’entraînera la nouvelle dynamique du pouvoir à Ottawa. Attachez vos ceintures!

Huw Williams est le directeur des affaires publiques de la CADA et fait partie de l’équipe de la Corporation à Ottawa.