Newsline Banner
CADA Chairman Peter MacDonald and Finance Minister Bill Morneau

CADA Chairman Peter MacDonald, left, with Finance Minister Bill Morneau, right

CADA Chairman appears before Finance Committee

CADA Chairman Peter MacDonald appeared before the high-profile House of Commons Finance Committee in Ottawa on April 16th as part of a statutory review of the Proceeds of Crime and Terrorist Financing Act in Canada. MacDonald is a Prince Edward Island dealer.

“The meeting was part of a discussion around the money laundering and terrorist financing legislation in Canada, which is something that has to be reviewed every five years,” said MacDonald, who was in Ottawa for the day attending meetings for CADA.

CADA was invited to appear before the Finance Committee as a witness to the discussion, which is important to dealers as they may be targets due to the big ticket items they sell. They should also be aware of the regulations around reporting requirements for large cash transactions in the realm of money laundering.

However, the use of hard, physical cash is much less common than it once was, says CADA’s Chief Economist Michael Hatch, who appeared before the Finance Committee alongside MacDonald. “Today it is almost non-existent that people pay with physical cash. And all transactions, no matter how they are financed, are heavily documented by the manufacturer, dealer and the financing bank or captive finance company.”

He adds that there are reporting requirements around physical cash transactions in excess of $10,000 with the Financial Transactions and Reports Analysis Centre of Canada (FINTRAC), but such transactions are incredibly rare today. Macdonald, who owns three dealerships in P.E.I., says large physical cash transactions are nearly non-existent at his stores, representing a fraction of a percentage point of sales. A similar ratio would be the case across the country according to recent research by CADA.

Watch the video of MacDonald discussing the issue in front of the Finance Committee, below.

To view images of the meeting, visit CADA’s Twitter account @CDNAutoCADA.

Écho-CADA Banner
CADA Chairman Peter MacDonald and Finance Minister Bill Morneau

Le président du C.A. de la CADA Peter MacDonald est à gauche, et le ministre des Finances, Bill Morneau à droite.

Le président du C.A. de la CADA s'est présenté devant le Comité des finances

Le président du C.A. de la CADA, Peter MacDonald, s’est présenté devant le réputé Comité des finances de la Chambre des communes à Ottawa le 16 avril à l’occasion de l’examen législatif de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes du Canada. M. MacDonald est un concessionnaire de l’Île-du-Prince-Édouard.

«La rencontre s’inscrivait dans le cadre d’une discussion sur la loi canadienne sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, qui doit faire l’objet d’un réexamen tous les cinq ans», a expliqué M. MacDonald, qui participait à des réunions pour la CADA à Ottawa.

Le Comité des finances avait invité la CADA à observer la discussion d’intérêt pour les concessionnaires, qui pourraient être victimes d’un tel crime en raison de la valeur élevée des biens qu’ils vendent. Ils devraient être au courant de la réglementation relative aux exigences de déclaration des opérations impliquant de grosses sommes d’argent dans le contexte du blanchiment d’argent.

Cependant, l’utilisation de comptant est beaucoup moins fréquente que jadis, au dire de l’économiste en chef de la CADA, Michael Hatch, qui accompagnait M. MacDonald devant le Comité des finances. «De nos jours, payer comptant ne se fait pratiquement plus. Et toutes les opérations, peu importe leur mode de financement, sont documentées exhaustivement par le constructeur, le concessionnaire et la banque ou la filiale de crédit.»

Il a ajouté qu’il est obligatoire de déclarer les opérations en espèces de plus de 10 000 $ au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), mais que de telles transactions sont aujourd’hui extrêmement rares. Selon M. MacDonald, qui est propriétaire de trois concessions à l’Île-du-Prince-Édouard, les gros achats au comptant sont quasi inexistants dans ses établissements; ils représentent une fraction minime des ventes. Il en irait de même partout au pays, selon une étude récente de la CADA.

Voir la vidéo de M. MacDonald qui se présente au Comité des finances (en anglais seulement).

Pour voir les photos, visitez la page Twitter de la CADA à @CDNAutoCADA.