Newsline Banner
Tax breaks good for business

Tax breaks good for business

December 3, 2018

Finance Minister Bill Morneau’s fall economic statement provides some evidence that the government is listening to the concerns of Canadian business leaders, said Huw Williams, CADA’s Director of Public Affairs. CADA has been part of a larger coalition of business groups that have been fighting to ensure the Liberal government develops policies to improve the country’s business climate.

“Part of that was our efforts on the trade fight, but it also goes to the core issue of business competitiveness, a fair tax structure and fair practices by CRA,” said Williams in an interview with CADA Newsline. “In our view, the fall economic statement is a good reflection that the government, and Minister of Finance Morneau, are hearing the message that we need to have a more competitive environment for business and innovation in Canada.”

Williams said one of the major improvements the government unveiled is the changes to the way businesses can write off the depreciation on their capital investments. “Dealers will be able to more rapidly depreciate items they need to buy for their business,” said Williams. “The impact is a reduction in the overall effective tax rate for small business in Canada.”

The government also accelerated depreciation on motor vehicles from 15% to 45% in the first year. “This will have some direct impact on auto purchases for businesses,” said Williams.

But CADA’s Economist Oumar Dicko also had some concerns over the government’s continued deficits. According to the Financial Post, the government is now projecting deficits of $18.1 billion in 2018-19, $19.6 billion in 2019-20 and $18.1 billion in 2020-21. After 2020-21, the annual shortfalls are expected to shrink each year to $11.4 billion in 2023-24.

“Long-range structural federal deficits continue to pose a hazard to Canada’s fiscal health and Canada’s overall fiscal climate,” said Dicko in an interview. “In the case of a downturn, the government will have little room to invest in the economy.”

Écho-CADA Banner
Les allégements fiscaux favorisent l’entreprise

Les allégements fiscaux favorisent l’entreprise

Le 3 décembre 2018

L’exposé économique de l’automne du ministre des Finances Bill Morneau semble indiquer que le gouvernement tient compte des préoccupations des gens d’affaires canadiens, au dire de Huw Williams, directeur des affaires publiques de la CADA. La CADA fait partie d’une coalition importante de groupes d’entreprises qui se battent pour que le gouvernement libéral crée des politiques qui amélioreront le climat commercial du pays.

«Nous étions motivés en partie par la guerre commerciale, mais la coalition touche aussi aux éléments de base que sont la compétitivité, un régime fiscal équitable et l’application de pratiques justes par l’Agence du revenu du Canada», a dit M. Williams dans une entrevue donnée à Écho-CADA. «À notre avis, l’exposé économique de l’automne montre bien que le gouvernement et le ministre des Finances Morneau ont compris notre message, soit que nous avons besoin d’un environnement plus concurrentiel pour favoriser les affaires et l’innovation au Canada.»

Selon M. Williams, une des principales améliorations que le gouvernement a annoncées est la nouvelle façon dont les entreprises peuvent radier l’amortissement de leurs investissements en capital. «Les concessionnaires pourront amortir plus rapidement des éléments dont ils ont besoin pour leur entreprise», a dit M. Williams. «Il en résultera une réduction du taux d’imposition effectif global des petites entreprises du Canada.»

Le gouvernement a également fait passer l’amortissement des véhicules automobiles de 15 % à 45 % pour la première année. «Cela influera directement sur les achats de véhicules pour les entreprises», a indiqué M. Williams.

Mais l’économiste de la CADA, Oumar Dicko, s’est aussi inquiété du déficit constant du gouvernement. Selon le Financial Post, le gouvernement prévoit maintenant des déficits de 18,1 milliards de dollars pour 2018-2019, de 19,6 milliards pour 2019-2020 et de 18,1 milliards pour 2020-2021. Après 2020-2021, on s’attend à ce que le manque à gagner annuel baisse chaque année jusqu’à s’établir à 11,4 milliards de dollars pour 2023-2024.

«Les déficits structurels à long terme du fédéral continuent de menacer la santé fiscale du Canada et le climat fiscal national en général», a résumé M. Dicko en entrevue. «En cas de récession, le gouvernement aurait peu de jeu pour investir dans l’économie.»