Newsline Banner

Battle Looms Over Emission Standards

September 10, 2018

The plan that resulted from a hard-fought battle to ensure one set of vehicle emissions standards for North America – agreed upon during the Stephen Harper-Barack Obama era – may be in jeopardy. The Trump administration’s move to freeze vehicle emissions standards after 2021, and its push to revoke California’s right to set its own rules, does not appear to align with Canada’s goal to reduce greenhouse gases, and boost electrification and connected vehicle use.

Canada’s moves to review its own set of fuel efficiency rules has already begun: August activities saw the publication of a discussion paper and the launch of a consultation process by the Government of Canada.

“This is a hugely important issue and CADA will be responding to that report with our own submission by the September 28 deadline,” said CADA’s Chief Economist Michael Hatch. “Our position has been and continues to be that we need a common set of fuel economy regulations. Canada is too small a market to branch off and do its own thing, and manufacturers don’t have the capacity to make vehicles for all those different markets.”

If Canada were to impose different fuel economy standards than the U.S., there would be a serious impact on both consumers and dealers. Consumers, for example, would not have access to the same selection of vehicles – and neither would Americans.

CADA’s report will be addressing these issues while pushing for a single set of vehicle emission regulations for the entire North American market. It will also give details regarding the extent of the impact doing otherwise will be on Canadian auto retailers, consumers, and the overall car sector.

“If we have different standards manufacturers will aim to meet those of the U.S., and Canada will suffer the consequences in terms of limited product availability and higher prices. The agreement made between former Canadian Prime Minister Stephen Harper and former U.S. President Barack Obama was an incredible victory for us. We are striving to ensure it remains as such.”

Écho-CADA Banner

Menace de scission sur la question des normes d’émission

Le 10 septembre 2018

Le plan établi au terme d’une bataille chèrement disputée pour assurer que toute l’Amérique du Nord utilise le même ensemble de normes d’émission des véhicules, définies durant les mandats de Stephen Harper et Barack Obama, pourrait être en péril. La décision de l’Administration Trump de geler les normes d’émission des véhicules après 2021 et sa détermination à dépouiller la Californie du droit de fixer ses propres règles ne semblent pas aller dans le sens des efforts du Canada pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et favoriser l’électrification et l’utilisation de véhicules connectés.

Le Canada a déjà mis en branle le réexamen de ses propres règles de consommation de carburant : en août, le gouvernement canadien a publié un document de travail et lancé un processus de consultation.

«C’est une question extrêmement importante, et la CADA répondra à ce rapport avec son propre mémoire d’ici la date limite du 28 septembre», a indiqué l’économiste en chef de la CADA, Michael Hatch. «Notre position a toujours été que nous avons besoin d’un ensemble commun de normes de consommation de carburant. Le Canada est un trop petit marché pour se détacher du lot et suivre sa propre voie; et les constructeurs n’ont pas la capacité de produire des véhicules pour tous les différents marchés.»

Si le Canada imposait des normes de rendement énergétique distinctes de celles des États-Unis, les consommateurs et les concessionnaires en souffriraient grandement. Les consommateurs, par exemple, n’auraient pas accès au même éventail de véhicules, pas plus que les Américains, d’ailleurs.

Le rapport de la CADA traitera de ces enjeux tout en préconisant un assortiment unique de normes d’émission des véhicules pour la totalité du marché nord-américain. Il fournira aussi des détails sur l’ampleur des répercussions d’un fractionnement sur les concessionnaires d’automobiles et les consommateurs canadiens et le secteur automobile dans son ensemble.

«Si nous avons des normes différentes, les constructeurs s’aligneront sur celles des États-Unis, et le Canada en subira les conséquences, soit une disponibilité limitée des produits et des prix plus élevés. L’entente conclue entre l’ancien premier ministre du Canada Stephen Harper et l’ancien président américain Barack Obama représentait une victoire extraordinaire pour nous. Nous voulons nous assurer que la situation ne change pas.»