Newsline Banner

Full court press on tariffs in Ottawa

July 3, 2018

There's never been a more important time for Canada's car dealers to have a pipeline to key decision makers in Ottawa. CADA leaders were busy last week meeting with a host of government representatives to ensure that dealers' voices are being heard on breaking issues that threaten to impact their businesses dramatically. John White, CADA President and CEO, was in Ottawa last week to speak before a House of Commons Committee on the impact of steel and aluminum tariffs on Canadian business, and had a jam-packed day of advocacy work lined up by CADA's Ottawa team, led by Huw Williams, Director of Public Affairs.

White had pre-meetings with the Committee members, a special meeting with representatives from the Prime Minister's Office and their division of U.S.-Canada relations, a meeting with Andrew Leslie, MP, Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, and other senior officials from Minister of Foreign Affairs Chrystia Freeland's office.

"These were very high-level discussions about the impact of a tit-for-tat trade war with the U.S. on retail auto," said Williams in an interview from Ottawa.

Williams says the government representatives they met with had "open doors and open ears" and constructive dialogue. "We are very appreciative of the talks with the Prime Minister's Office and Foreign Affairs."

"We have moved very carefully when retaliating to U.S. steel tariffs, but we have to be even more cautious as we move into elements that could hit the auto sphere. Trump has very directly called out that he's looking at U.S. tariffs on the Canadian auto industry — up to 25 per cent."

Williams says Canada has to respond cautiously in deciding how to retaliate. "If they put a 25 per cent hit on cars from Canada — if we retaliate with that, the impact to our dealers would be devastating," said Williams.

With the average car selling for about $30,000, a 25% tariff would add $6,000 to $7,000. If we then price in the impact of steel and aluminum tariffs, the effect is multiplied. "We are talking about price increases that will stall consumer demand, and stall the entire economy." Williams says if the auto industry is under attack, CADA wants to understand what other stimulus measures the government might have in mind to help out the industry.

Williams says CADA has been actively working with groups, such as the Canadian Automotive Partnership Council (CAPC), to deliver the dealer perspective on trade; but Trump's thunderclap on tariffs has accelerated concerns to a fever pitch.

"President Trump warned he could put a tariff on steel – and he did it. He's warned through the same process he's going to put a tariff on automotive, and we should take it seriously," said Williams.

Williams said White was also active doing media interviews on high profile programs like CTV's PowerPlay, has appeared on CTV and CBC national news, on Radio Canada, and was featured in the Globe and Mail to get the message out about the impact of trade wars and tariffs on Canada's auto dealers.

Williams says it is CADA's ongoing lobbying efforts – as well as relationship building with media and politicians of all parties – that helps pave the way towards accessing policy makers and influencers.


In French only

Écho-CADA Banner

Plein feu sur les tarifs à Ottawa

Le 3 juillet 2018

Jamais les concessionnaires automobiles du Canada n’auront eu besoin plus que maintenant de leur voie de communication avec les principaux décideurs à Ottawa. Les dirigeants de la CADA ont ainsi pu rencontrer la semaine dernière une foule de représentants du gouvernement pour s’assurer que la voix des concessionnaires est entendue sur les questions brûlantes qui menacent de perturber leurs entreprises. John White, président et chef de la direction de la CADA, était à Ottawa la semaine dernière pour témoigner devant un comité de la Chambre des communes des répercussions des tarifs sur l’acier et l’aluminium pour les entreprises canadiennes.

L’équipe de la CADA à Ottawa, dirigée par Huw Williams, directeur des affaires publiques, a organisé une journée bien remplie de travail de défense des intérêts des concessionnaires.

M. White a eu des rencontres préalables avec les membres du Comité, une réunion spéciale avec des représentants du Cabinet du premier ministre et de la division des relations canado-américaines, une réunion avec Andrew Leslie, député, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et d’autres hauts fonctionnaires de son cabinet.

«Il s’agissait de discussions de très haut niveau sur l’impact d’une guerre commerciale avec les États-Unis dans le secteur de la vente au détail d’automobiles», a déclaré M. Williams dans une interview accordée depuis Ottawa.

Au dire de celui-ci, Ottawa a fait preuve d’écoute et le dialogue a été des plus constructifs. «Nous apprécions beaucoup le dialogue avec le Cabinet du premier ministre et le ministère des Affaires étrangères.»

«Nous avons pris des mesures de rétorsion très prudentes à l’égard des tarifs douaniers américains sur l’acier, mais nous devons être encore plus prudents lorsque nous touchons à des éléments qui pourraient affecter la sphère de l’automobile. Trump a très directement déclaré qu’il envisage d’imposer des tarifs douaniers américains sur l’industrie automobile canadienne à hauteur de 25 %.

M. Williams affirme que le Canada doit réagir avec prudence dans sa façon de riposter. «S’ils imposent un tarif de 25 % sur les véhicules canadiens et que nous ripostons de façon semblable, les conséquences pour nos concessionnaires seraient dévastatrices», a-t-il dit.

Avec un prix de vente moyen d'environ 30 000 $, un tarif de 25 % ajouterait de 6 000 $ à 7 000 $ à ce prix. Si vous prenez en compte l’impact des droits de douane sur l’acier et l’aluminium, l’effet est multiplié. «Nous parlons de hausses de prix qui freineront la demande des consommateurs et l’économie dans son ensemble.»

Au dire de M. Williams, si l’industrie automobile est attaquée, la CADA veut connaître les autres mesures de relance que le gouvernement pourrait avoir à l’esprit pour lui venir en aide.

M. Williams indique que la CADA travaille activement avec des groupes tels que le Conseil du partenariat pour le secteur canadien de l’automobile (CPSCA) afin de présenter le point de vue des concessionnaires sur le commerce. Le fait que Trump a brandi la menace de tarifs n’a fait qu’accroître les préoccupations de manière vertigineuse.

«Le président Trump avait dit qu’il pourrait imposer un tarif sur l’acier et il l’a fait. Il a dit de la même façon qu’il imposera un tarif sur l’automobile et nous devrions le prendre au sérieux», a déclaré M. Williams.

Ce dernier a indiqué que M. White a également participé activement à des interviews médiatiques dans le cadre d’émissions à grand retentissement comme PowerPlay de CTV, et qu’il a pris part aux nouvelles nationales de CTV et de CBC, à Radio-Canada, et a fait l’objet d’un reportage dans le Globe and Mail et d’autres médias pour expliquer l'impact des guerres commerciales et des tarifs douaniers sur les concessionnaires automobiles du Canada.

Selon M. Williams, ce sont les efforts continus de lobbying de la CADA et l’établissement de relations avec les médias et les politiciens de tous les partis qui permettent d’obtenir accès aux décideurs et aux personnes d'influence.


En anglais seulement